Le monde d'aujourd'hui est un village. La preuve, c'est que de Béthune à Melbourne, il n'y plus qu'un pas… un pas que les Overdrivers franchissent allègrement dès qu'ils posent la main sur leurs instruments. Car il n'y a pas 36 manières de décrire la musique du quatuor le plus burné des Hauts de France : il joue du Hard Rock, à l'Australienne, inspiré par AC/DC et Rose Tattoo.

Véritables bêtes de scène, les Overdrivers m'avaient carrément scotché à la pelouse du parc du château de la Princesse d'Arenberg lors de leur passage au Raismes Fest il y a deux ans. C'est donc avec un plaisir véritable que j'ai découvert leur album "Rockin'Hell" dans mon bac à courrier.

Né en 2015 sous l'impulsion du guitariste/chanteur Adrien Desquirez et du guitariste soliste Anthony Clay, Overdrivers se targue d'avoir épuisé une bonne série de sections rythmiques (NDR : une quinzaine de batteurs et autant de bassistes selon la bio) avant d'arrêter son choix définitif sur Sébastien Lorquet (basse) et Florian Morgano (batterie). Mis en boite au Hangar à Sons de Proville (Mat Bastard, Glowsun, Dylath Leen, Old Dead Tree, etc.), "Rockin'Hell" est paru de manière relativement confidentielle en 2016.

Grâce au soutien de l'Agence Dooweet il ressortira à plus grande échelle le 1er juin prochain.

Une rythmique carrée au possible, des riffs qui rendent heureux (comme seules les choses simples peuvent le faire), des solos de guitare gorgés d'un feeling indécent et une voix aussi rêche que la langue d'un chat, tout ici rappelle le goût du steak de kangourou le soir au fond du bush. Contrairement à ce que font (faisaient?) les Espagnols de '77 et les Argentin de 42 Decibel (pour n'en citer que deux), Overdrivers a eu la bonne idée de s'inspirer sans cloner, et bien que le spectre d'AC/DC plane incontestablement sur la plupart de ses compositions, on n'a jamais l'impression d'avoir affaire à un pillage pur et simple de l'héritage de la famille Young.

"Rockin'Hell" est l'album parfait pour celles et ceux d'entre vous qui, fatigués des casse-têtes Néo-Math-Prog-Post Machin chose actuels, désirent retrouver les joies simples du headbanging et de l'air guitar. Dooweet annonce la sortie du second opus des rugueux Béthunois pour la rentrée prochaine. Vivement la fin des vacances !

Franconia Metallum

Voici un groupe bien de chez nous qui a mis du soleil dans ma journée pluvieuse d’un mois d’Août somme toute bien pourri sur Paris. Fan de nos cousins australiens en culottes courtes et cartables sur le dos, cet opus est pour vous. Pour les autres, si vous voulez taper du pied et vous muscler la nuque, c’est par ici aussi.
OVERDRIVERS, combo du nord de la France nous distille un rock rugueux et puissant remarquablement bien joué et rudement efficace. Mais, me direz-vous, c’est du déjà entendu avec AC/DC, AIRBOURNE et autre ROSE TATTOO…. Et alors ?

Parmi les nombreux groupes distillant ce genre musical, tous ne sortent pas du lot loin de là, et ce n’est pas le cas d’OVERDRIVERS.
Croyez-moi, une fois que vous aurez collées leurs compos dans votre lecteur, vous ne pourrez plus vous décoller leurs riffs assassins de la tête.
Rockin’ Hell est le compagnon idéal pour accompagner n’importe quelle bière, road trip, moment de blues ou autres réjouissances entre potes. En 10 titres les lascars vous bottent le cul joyeusement, distillant des ambiances au final bien variées au regard du genre.
On ne peut s’empêcher de trouver quelques clins d’œil comme ce Hot Driver qui me fait furieusement penser au Ton Dernier Acte de TRUST, et bien sûr à ACDC période 70’s qu’ils honorent avec brio. Musicalement c’est abouti et les zicos assurent.

La guitare lead d’Anthony Clay est juste parfaite, parfaitement accompagnée par la rythmique et le chant d’Adrien Desquirez, qui assure une double casquette sans faille.

Sa voix est vraiment accordée au sujet, assurant un anglais sans accent, ce qui n’est pas donné à tout le monde.


La section instrumentale quant à elle est implacable. Tenue par Sebastien Lorquet (basse) et Florian Morgano (batterie), elle pose une base solide aux compos.
On n’est pas loin de retrouver un air des STICKY BOYS sur certains titres comme Girls Gone Wild par exemple, gage de qualité s’il en est.
Quoi de plus beau que de finir sur le truculent Limb Of Rack ‘n’ Roll qui distille l’âme d’un rock pur et sans concession ?
Une chose est sure, ces gars savent de quoi ils causent et nous le prouvent avec ce Rockin’Hell sans défaut qui comblera les afficionados de bon son et d’un hard rock bien fait. Et pour les avoir vu sur scène au RAISMES FEST 2016, je peux vous dire que c’est un terrain de jeu ou ils excellent et que ce groupe porte bien son nom!

Rock hard overdrivers
Metallian rock overdrivers

" Ils sont du Nord et ils sont prêts à conquérir la France entière !

Overdrivers n'a pas perdu son temps et propose dans Rockin'hell un corpus de morceaux très typés " hard rock australien ".

Rien de neuf au menu, ça sent le Airbourne et le AC/DC à des kilomètres ! Mais le caractère léger de ces morceaux à tout pour plaire...

Ces rockers ne se prennent pas la tête. Trois accords, une rythmique solide, quelques solos, un chant travaillé et c'est dans la boîte !

En plus , les refrains assignés aux titres "Rockin'hell" et "Rock your life" ont de quoi faire remuer votre belle "tignasse".

Vous l'aurez donc compris, les morceaux qui constituent Rockin'hell s'apprécient tout aussi bien en version studio qu'en live...

Et peu de groupes peuvent se vanter de faire aussi bien dès le premier album ! "

Sound like hell fanzine
Underground investigation